Conflit postérieur de cheville

Un conflit est le résultat d’un contact anormal à l’intérieur de l’articulation, cela peut être dû à une déformation osseuse qui occasionne un frottement, d’un arrachement osseux ou d’un tissus qui peut se "coincer" dans l’articulation.

Le conflit postérieur de cheville est dû à l’écrasement d’un tissu ou d’un os entre le tibia et le calcaneus (os du talon) lors de la flexion plantaire. Ce conflit est fréquemment retrouvé chez la danseuse en raison de la position des pointes, flexion plantaire extrême qui accentue l’écrasement des parties postérieures. Chez d’autres sportifs, l’astragale peut se fracturer lors d’un traumatisme en hyperflexion plantaire et se coincer de façon violente entre le tibia et le calcaneus.

Votre chirurgien aura besoin d’une radiographie récente, dite "en charge" c’est à dire debout avec le poids du corps portant sur la cheville. En plus des incidences radiographiques de face et de profil, une incidence spécifique Talar process view est également nécessaire à l’analyse complète de la structure osseuse de votre cheville. Des examens complémentaire peuvent être demandés : l’arthroscanner pour valider le diagnostic d’un conflit osseux ou l’IRM pour un conflit des tissus.

Les différents traitements possibles

Le traitement médical

Lorsque la radiographie ne retrouve pas de lésion osseuse, ni d’ostéophytes, une infiltration de corticoïdes peut être effectuée, préférablement par un radiologue et sous contrôle échographique pour infiltrer précisément la zone du conflit.

En cas d’échec, une intervention chirurgicale peut-être envisagée.

Le traitement chirurgical
L’intervention consiste à réséquer les tissus qui se "coincent" dans l’articulation et, le cas échéant, éliminer les ostéophytes par un fraisage osseux.

Arthroscopie pour conflit postérieur de cheville